đź“ś OĂą s' installer?

  1. Se loger en France ou en France

Vivre en France, c’est devenir Frontalier ! Peu importe le lieu, et votre nationalité tant que vous avez une adresse Française vous êtes frontalier.

Bien choisir son lieu de résidence est de la plus haute importance. Que ce soit en transport en commun ou en voiture, vous connaîtrez en début et fin de journée, le pic des bouchons à la frontière. Il faut compter les embouteillages dans vos calculs de vos temps de trajets. Cela s’explique par le contrôle des douaniers à la frontière et par le retard des mises en oeuvre de nouvelles infrastructures alors que le nombre de frontaliers a très fortement augmenté.

Lorsque l’on commence un travail en Suisse, dans une ville qui n’est pas trop éloignée de la frontière française, on a le choix entre s’installer en France ou en Suisse. L’installation en France est souvent dictée par la volonté de ne pas tout changer d’un coup (travail et pays de résidence). Lorsque le nouvel arrivant souhaite acquérir une maison avec jardin, c’est souvent en France qu’il trouvera un bien qui correspond à son budget. Enfin, un nouvel arrivant avec des enfants qui ont déjà commencé leur scolarité pourra préférer de rester en France pour leur permettre de poursuivre leur scolarité sans changer de système.

  1. Budgets et dépenses

Maîtriser son budget lorsque vous êtes frontalier ou résident est primordial. Vous avez maintenant un salaire Suisse, vos revenus sont élevés mais vos dépenses le sont aussi. Vous devez maîtriser votre budget pour :

• L’immobilier, les prix de logements ont régulièrement augmenté que ce soit à la frontière ou en Suisse
• L’assurance maladie obligatoire
• Les courses alimentaires
• Les moyens de transports
• Le rapatriement de salaire du franc suisse (CHF) à l’euro
• Des taxes locales et d’autres dépenses…

  1. Moyens de transports

Selon la région où il travaille, il a plus ou moins de moyens de transports à sa disposition. La voiture, le bus, le train, le tram, la moto, le vélo et même le bateau sont quotidiennement utilisés. La trottinette électrique a récemment fait son apparition aux postes de douanes urbains.

Si vous voulez utiliser les transports en commun type bus, tramway, vous devez prendre un abonnement des transports publics de la zone oĂą vous travaillez.

Vous pouvez acheter votre abonnement :
• En ligne
• En agence
• Chez des revendeurs (type kiosques, centre commerciaux etc…)
• Dans des distributeurs automatiques
• Sur l’application mobile des transports publics de la zone (pour des trajets occasionnels)

Vous pouvez également facilement circuler en train en Suisse en prenant un abonnement ou des tickets chez SBB CFF FFS (l’équivalent de la SNCF en France) et en bénéficiant des correspondances entre ces deux compagnies nationales de chemin de fer.

N’oubliez pas que quelque soit le moyen de transport qu’il utilise, le frontalier qui circule entre la France et la Suisse, doit pouvoir présenter au contrôle à la douane sa pièce d’identité et, s’il n’est pas de nationalité suisse, son permis de travail G ou son attestation provisoire de travail.

  1. Quitter la Suisse pour la France

Il faut savoir que lorsque vous arrivez en Suisse, il faut vous déclarer auprès de l’office cantonal de la population et des migrations du lieu de votre domicile. Et lorsque vous quittez la Suisse, il faut également faire une demande d’attestation de départ auprès du même organisme. Il doit faire figurer le nom de toutes les personnes de votre foyer.
Ce document vous permettra également de changer votre assurance maladie. La l’assurance LAMal que vous détenez en Suisse sera à transformer en une LAMal pour frontalier.
Vous aurez 3 mois à compter de la date qui figure sur l’attestation de départ pour faire valoir votre droit d’option CMU ou LAMal.
Si vous prenez les transports en commun, il faudra également modifier votre abonnement, le prix est bien plus élevé lorsque le trajet traverse la frontière.
Enfin, le coĂ»t de l’immobilier et le coĂ»t de la vie quotidienne sera moins Ă©levĂ© qu’en Suisse. Cela contribue Ă  ce que de nombreux suisses quittent la ConfĂ©dĂ©ration chaque annĂ©e pour venir s’installer dans ce qu’ils appellent la « France voisine Â».